PREMIER RAYON DE LUMIERE

Posted by on Jun 13, 2016 in Blog, Resources | 0 comments

download

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PREMIER RAYON DE LUMIERE

La densité de l’obscurité, ne peut subsister au reflet de la sagesse

Antonio L. Santos

 

Auteur, Antonio L. Santos | traduction, Pierrette Martin

 

Un jour, chemin faisant vers le travail, j’ai fait un arrêt au bureau de poste afin de ramasser notre courrier. Comme je le vérifiais, une lettre avec l’inscription: ‘Commandez maintenant et payez seulement si vous gardez la marchandise’ attira mon attention. C’était des séances d’information d’Earl Nightingale, programme intitulé ‘Lead the Field’. Cette réclame me parut très intéressante, particulièrement la photo, d’un cercle d’hommes qui se suivaient les uns les autres avec inscription au-dessus de certains personnages clamant : ‘La personne en avant doit bien savoir où nous allons ! ’ N’ayant pour le moment aucun investissement financier à faire et ayant trouvé la publicité intéressante, j’ai commandé ce qu’elle vantait. Peut-être ce programme me permettrait-il de me rapprocher de ce que je cherchais et qui manquait à ma vie. Je fus heureusement surpris de constater que ce programme était sur audio-cassettes. Mon horaire chargé et mon voyagement ne me laissaient pas beaucoup de temps pour la lecture. Dans l’auto, durant mes allers-retours, je pouvais écouter ces cassettes. Ce cours était conçu pour amener changement et ordre dans ma vie. Je les ai écoutées à maintes reprises, suivant les avis et utilisant les informations afin de faire les changements personnels et professionnels nécessaires.

Je me suis procuré d’autres cours, mes favoris, ceux donnés par un américain, Anthony Robbins. Stratégie était son nom, énergie était son jeu. Je peux admettre que ce personnage m’a fait travailler sans arrêt sur ces ateliers : Comportement Human, le pouvoir d’influence, le pouvoir personnel et pouvoir illimité, etaient parmis les favorites.

L’information me pénétrait et d’autres cours se succédaient comme : Le gerant minute, le pouvoir de négocier, mental magique corps magique, comment obtenir ce qu’on désire, comment plannifier votre vie au lieu de quelqu’un la planifie pour nous, et bien d’autres. J’ai commencé à participer à plusieurs séminaires. Apprendre et m’éduquer étaient maintenant partie intégrante de ma routine journalière. J’étais assoiffé et ces ‘experts’ semblaient posséder exactement ce qui m’était nécessaire pour satisfaire cette soif. M. Robbins était devenu mon idole. Sa passion était contagieuse. Grâce à une information captée à la radio, j’ai appris qu’il serait présent à Montréal lors d’un séminaire. Naturellement je me devais d’y participer. Ce séminaire se déroulait un vendredi, journée pas idéal pour moi, dû au fait que dans les marchés d’alimentation, cette journée est très achalandée. Mais aucun problème à obtenir ce jour de congé.

Le vendredi matin, six heures, j’étais debout et prêt à partir, me disant que d’y être une heure à l’avance, me permettrait d’avoir un bon siège. Quoi qu’il en soit, en arrivant sur place, j’ai réalisé que plusieurs autres personnes avaient eu la même idée. La consternation s’installa, mais j’étais déterminé. Honte sur moi, mais je voulais tellement participer à ce séminaire qu’avec préméditation j’ai remonté la file d’attente et je me suis placé plus près de la porte d’entrée. Les gens n’ont pas apprécié ce geste. Certains d’entre eux m’interpellèrent, d’autres me crièrent des noms. J’étais sourd, vraiment sourd. Peut-être serait-ce la dernière visite de Tony Robbins à Montréal, je n’allais pas me préoccupé de ce que certains pensaient de moi, je devais avoir un bon siège.

Ce séminaire fut le plus long de tous ceux, auquel j’avais déjà assistés. Il débuta à 8:00  pour se terminer à 20:00. Entre temps, vers l5:00, une dame derrière moi s’approcha et me souffla à l’oreille… « M. Robbins aimerait vous rencontrer sur la scène. Est-ce que vous acceptez son invitation ? » Ah mon Dieu ! Jamais je ne m’attendais à un tel événement, jamais ! J’étais muet de surprise et ce fut par un simple geste de la tête que j’ai accepté l’invitation. Il y avait environ 3,000 personnes dans cette salle et j’avais été choisi avec six autres personnes à monter sur cette scène. J’étais comme dans un rêve.

Les lumières, la musique, l’énervement de faire face pour la première fois à une telle foule me firent perdre ma concentration et une grande nervosité s’installa. Ce fut toute une expérience de rencontrer personnellement M. Robbins. Lorsque j’ai quitté le séminaire, je flottais car jamais auparavant, je n’avais reçu tant d’informations.

Plusieurs mois plus tard, j’ai relevé un grand défi d’un cours de trente jours, pas à pas, une journée à la fois ‘Comment realiser notre pouvoir personnel’ avec Anthony Robbins. Toute cette information m’excitait énormément, j’en parlais constamment à tous ceux qui m’entouraient et je parlais que de ça. Je désirais que ces personnes suivent ces cours avec le même enthousiasme que moi afin qu’ils reçoivent la même information. En agissant ainsi, d’autres expériences se présentèrent à moi, ce qui me fit réaliser que les intérêts des gens sont tous différents, ce qui était merveilleux pour moi ne l’était pas nécessairement pour les autres, la passion de un n’est pas necessairement la passion de l’autre.

Après deux ans d’études intensives, j’ai commencé à nouveau à ressentir un vide. Tous ces cours merveilleux et intéressants m’apportèrent une vue différentes des comportements humains. Tous ces cours, séminaires et études me positionnèrent à un niveau différent de compréhension et m’aidèrent à donner un sens à mon environnement personnel et d’affaire. Mais encore, je désirais quelque chose de plus. Parce que ne pouvais pas vraiment identifier ce que je cherchais, j’ai commencé à croire que j’étais simplement de ceux qui ne seraient jamais heureux. Alors j’ai réalisé que toutes ces connaissances et stratégies quoique utiles, ne semblaient me mener que dans une seule direction : l’argent, le pouvoir et l’accomplissement de soi. Je ne sentais pas que c’était mauvais d’atteindre ces buts, mais j’étais à la recherche de raisons plus significatives à mon existence, une qui me permettrait de vivre une vie meilleure toute en comprenant pourquoi je vie. J’avais beaucoup de difficultés à accepter que je devais mettre tous cet effort et engagements afin de vivre une meilleure vie. En acceptant ces concepts j’avais une vie meilleure, mais maintenant qu’est-ce qui s’en suivait. J’ai commencé à me poser des questions au sujet des vrais buts de la vie. Tant de gens avaient croisé ma vie et leurs vies me semblaient similaires à la mienne. Certains avaient de l’argent, d’autres non, mais tous avaient des défis. Le trait commun, c’était que nous avions tous des défis et des obstacles similaires. Je désirais vivre une vie heureuse, mais je voulais être toujours heureux. Étais-je à la recherche de la joie durable ? Le sommes-nous pas tous ?

Un matin d’avril 1995, pendant que mon personnel et moi prenions notre pause café, Madame Brunet, une personne que je connaissais bien et appréciais beaucoup, était dans le magasin à faire ses emplettes de la semaine. Sans que je le sache, cette visite changea la direction de ma vie pour toujours et était le point tournant à ce que je cherchais depuis 35 ans.

Elle était une dame remarquable. Où qu’elle aille, elle paraissait toujours à son meilleur. Déterminée et confiante, elle projetait une sagesse qui était percevable à grande distance. Son timbre de voix, jamais ne changeait, parlant toujours sur la même fréquence. En cette journée, elle était déterminée à me parler. D’une voix douce et calme elle me dit : « Bonjour Antonio, comment vas-tu aujourd’hui? Tu sais c’est toujours agréable de te voir. » Après une petite conversation, alors, à ma grande surprise, elle me regarda droit dans les yeux et me dit…

« Antonio, depuis longtemps nous avons parlé et échangé sur bien des sujets, mais sais-tu quoi ? Il me semble que tu es à la cherche de quelque chose de bien plus profond que tous les sujets que nous avons discutés depuis environ deux ans.  Est-ce que je me trompe ? »

J’ai figé, lisait-elle mes pensées. ‘Quelque chose de plus profond’ c’était exactement le terme qui décrivait bien ce que je cherchais. J’ai soutenu son regard et je lui ai dit :

« Oui en effet, mais je ne sais pas de quoi. » Au cours de nos échanges et discussions elle avait appris à bien me connaître. Nous avions même échangé des cassettes-audio dans un effort commun afin d’acquérir des savoirs sur le développement et le comportement humain.

« Antonio, crois-tu à la réincarnation ? » Me demanda-t-elle soudainement.

Je fus assommé pas cette question. Je ne savais que répondre, et si elle avait été quelqu’un d’autre, j’aurai probablement, ignoré ses paroles, mais c’était Madame Brunet et elle était une grande dame.  A l’âge de cinquante ans, Mme Brunet avait décidé de changer le cours de sa vie. Elle quitta mari et famille et conduisit simplement son automobile direction ouest pendant des jours, sans aucune destination en tête. Elle ne savait pas exactement où ce périple l’amènerait, mais savait intérieurement que cette vie n’était plus faite pour elle. Elle voulait et avait besoin de se découvrir et cela devint pour elle une quête vers une découverte personnelle. Après quelques jours de route, elle vit la lumière et tout s’éclaira. Elle savait maintenant ce qu’elle devait faire et elle le fit. En dix ans, elle devint millionnaire après avoir fondé l’Académie Brunet qui se spécialise dans les soins de santé. C’était une femme qui avait le pouvoir et le vouloir de changer le cours de sa vie et je la respectais beaucoup. Je me devais d’écouter ce qu’elle avait à me dire et de répondre à sa question, c’est ce que je fis.

« Madame Brunet, je ne sais vraiment quoi vous répondre. Cette idée ne m’a jamais traversée la pensée. » Vraiment, j’étais totalement ignorant vis-à-vis le concept de la réincarnation.

« Antonio, tous ces magnifiques programmes que tu m’as apportés sont vraiment très bien et utiles, mais il y a une réalité beaucoup plus profonde à notre existence. Nous avons tous une mission à accomplir et il y a plus que le pain et le beurre que nous mangeons à tous les jours. Je te conseille fortement d’aller voir cette dame que je connais. Son nom c’est Denise. Nous sommes tous venus dans cette vie accompagnés d’un ange gardien, un Esprit guide, si tu préfères. Il est là pour nous aider durant l’expérience que nous sommes venus vivre sur cette terre. Des choses que nous devons vivre, mais desquelles nous n’avons plus le souvenir. Si tu vas voir Denise, tu trouveras les réponses à tes questions. Voilà, je te donne son numéro de téléphone. Appelle-la, mais il te faudra être patient, puisque je ne peux pas dire quand elle pourra te rencontrer. C’est une personne très occupée, mais tu ne le regretteras pas. »

« Puis-je vous demander, ce qu’elle fait ? » Lui ai-je demandé quelque peu confus.

« Elle est une médium. »

« Excusé mon ignorance, mais je ne sais pas ce que ça bveut dire ! »

« Médium c’est quelqu’un capable de faire la communication entre la dimension physique et spirituelle, tu devrais vivre cette expérience. C’est toujours agréable de parler avec toi Antonio, maintenant je dois continuer. Je te souhaite une bonne journée. Au revoir et à bientôt. »

Elle me laissa là, sans voix, avec un gros point d’interrogation au-dessus de la tête. Quelle était la signification de ses paroles ? Je ne voulais pas vraiment croire à toutes ces choses, mais d’une autre façon ma curiosité était en éveil. J’étais à la recherche de réponses sensées depuis si longtemps. Sa suggestion et sa question remuaient mon subconscient.

J’ai parlé à Manuela, une fois de retour à la maison, de ma conversation avec Mme Brunet et rapidement elle se porta volontaire pour prendre rendez-vous avec cette médium. « Si cette femme est un charlatan, je le saurai immédiatement, fais-moi confiance. » Me dit-elle. Je n’avais aucune objection, je ne voulais simplement pas être le premier ou seul à m’y rendre.

Manuela prit rendez-vous pour le mois suivant. Quand Manuela me dit qu’elle saurait immédiatement si cette personne disait la vérité, je la croyais, puisque dans sa famille elle était reconnue comme possédant certaines habiletés psychiques, chose à laquelle je n’avais vraiment jamais porté attention. Ce n’était pas sa première expérience ésotérique. Pour le moment, j’étais content d’attendre le compte rendu de Manuela, mais je savais que ma propre curiosité et mon respect pour Madame Brunet m’amèneraient tôt ou tard, à prendre un rendez-vous avec Madame Denise.

Je n’avais jamais porté d’attention aux soi-disant habiletés psychiques de Manuela et pas plus qu’aux autres personnes se disant des liseurs de tarot etc… Ma logique d’empêchait de croire à de tels enseignements et croyances. Nous avions à quelque reprises, mon beau-frère Samuel et moi, échangé sur ce sujet. Non qu’il était un expert en la matière, mais c’était plutôt ses origines sud-Américaines où ces pratiques étaient recherchées et acceptées, il était plus expérimenté vis-à-vis ces choses. De tans à autre, certaines des informations que Samuel m’apportaient, étaient sensées, mais d’autres comme les énergies noires, la magie noire ou voodoo me rendait septique. Samuel me parlait de fréquences d’amour et d’harmonie. Sujets très intéressants, mais je demeurais septique.

Le mois tant attendu arriva et Manuela se présenta chez cette médium et aussitôt revenue à la maison, elle m’appela au travail pour me parler de son expérience et aussi me dire qu’elle avait en sa possession une cassette-audio qui contenait de bonnes nouvelles pour notre futur. Le soir venu, j’ai écouté attentivement le contenu de la cassette-audio. Je suis resté muet, parce que la plupart des informations sur la cassette contenait des vérités et des propositions intéressantes. Manuela me confirma que Denise était vraiment une médium pouvant faire le pont, permettant la communication entre la dimension physique et spirituelle ou plus précisément pouvant communiquer avec les Esprits guides ou Anges gardiens. D’après Madame Denise, nous en avons tous ces guides ou anges à notre gauche qui nous accompagnent tout au long de notre vie sur terre. C’est eux qui veillant sur nous et ont en leurs mains nos plans de vie et qui nous aident à les achever quelqu’ils soient. Le guide de Manuela lui avait parlé à travers la médium et toutes les informations étaient enregistrées sur la cassette. Son guide lui avait aussi dit que j’étais sur terre en mission afin de recueillir du savoir, pour contempler et guérir par la communication. Manuela s’informa auprès de son guide sur ma relation avec mon père. Elle voulait savoir si un jour nous deviendrions des amis, car jamais nous n’avions eu une bonne relation. La réponse fut non, apparemment dans une vie précédente, nous étions en affaire ensemble et il me tua. Peut-être la raison était plausible, si c’est vrai que la reincarnation existe, notre manque de communication et d’acceptation mutuelle pouvait bien provenir d’une chose de cette nature.

Oui, mon père avait fait, dans le passé, des choses qui m’avaient fait peur, oui, il nous avait entraînés dans des situations souvent difficiles, mais jamais il nous avait touchés, ma soeur et moi, physiquement. Plusieurs pourraient dire que notre manque de communication était causé par de nombreuses années d’éloignement durant ma jeunesse. Quoi qu’il en soit, je n’en étais pas convaincu. La distance entre moi et mon père était né d’une raison plus profonde à mes yeux.

Toutes ces nouvelles informations, au sujet des autres dimensions, créa chez moi de nouveaux émois. J’ai perçu cela comme étant le maillon manquant à ma vie. Toute ma perspective de vie changeait et même les enseignements des programmes audio et des séminaires semblaient avoir un tout nouveau sens maintenant. J’ai décidé d’aller visiter Madame Denise, car j’avais de nombreuses questions qui je croyais, pouvaient maintenant trouver une réponse. Après plusieurs tentatives, il m’a été impossible de la rejoindre. Un peu découragé, je me suis souvenu des paroles de Madame Brunet, de ne pas lâcher prise, car cette médium était une personne très occupée. L’ayant enfin rejointe au téléphone, j’ai pris rendez-vous qui se situait dans cinq mois. Je n’étais pas un homme patient à jouer au jeu de l’attente. Entre-temps, j’ai eu plusieurs conversations avec Madame Brunet, venant m’abreuver d’informations, me donnant toujours des explications suivis de conseils judicieux. J’absorbais le tout.

Durant cette période d’attente, une de mes employés, me demanda si j’avais une objection à son transfert dans un emploi où il y avait de meilleures conditions de travail. Naturellement, je n’en avais aucune, elle méritait cette promotion. Son départ laissait un poste vacant. J’ai fait paraître dans les journaux locaux, une annonce et à ma surprise, une candidate se présenta immédiatement, personne avec laquelle j’avais travaillé en 1984, dans ce même supermarché, et j’ai embauchée Ginette sur le champ. Sans le savoir, Ginette et moi avions des questionnements vis-à-vis la vie, des buts et une spiritualité similaire. Ce fut lors de nos nombreuses conversations qu’elle se tourna et me demanda : « As-tu déjà rencontré ton Esprit-guide ? »

Elle me raconta que depuis neuf ans elle étudiait, lisant des livres et suivant des cours. Elle me dit qu’elle parlait à tous les jours avec son Esprit-guide et dans toutes les circonstances, au travail, à la maison et sur la route. J’étais fasciné. Son guide lui parlait et elle lui parlait aussi. Je voulais en savoir plus, mais le plus important je voulais savoir comme m’y prendre pour communiquer avec mon Esprit-guide. Elle me dit que la pratique était requise qu’elle lui parlait à haute voix et qu’il lui répondait dans sa pensée. Elle m’expliqua que tout ce que je devais faire, c’était d’apprendre à entendre ce qu’il me disait

J’étais un homme heureux, non seulement d’avoir quelqu’un à qui parler de ces choses, mais d’avoir aussi quelqu’un pour me guider à travers ce qui me semblait être un sentier existant et intéressant.

À partir de ce moment, je me suis collé à elle, étant ma source d’information. Je la voyais lire à tous les jours lors de ses pauses et tous les jours je lui demandais ce qu’elle lisait. J’avais beaucoup de questions et bientôt j’ai réalisé que je devais moi-même commencer à lire. En lisant les livres qu’elle m’avait suggérés, j’ai commencé à découvrir des réponses à mes nombreuses questions à travers mes croyances sur la réincarnation. Sans la réincarnation, ma vie ne serait rien d’autre que la naissance, les souffrances de tous les jours et la mort. Je ne pouvais pas accepter l’idée ‘d’une seule vie et d’une seule chance’. Quant serait-il, si j’étais venu au monde handicapé, pauvre, malade dans un pays en guerre ou dans le tiers-monde. Je n’aurais qu’une vie qu’une chance. C’est pourquoi constamment nous courons, ayant peur de manquer quelque chose d’important. Dans notre société d’aujourd’hui tout est basé que sur une vie seulement, mais ce ‘tout’ est trop immense pour que nous en ayons une compréhension totale. Pourquoi ne pourrai-je pas, moi aussi, expérimenter la richesse ou vivre dans les tropiques ou peut-être naviguer les océans. Si j’avais été incapable d’avoir d’enfants, quelle expérience j’aurais manqué. Non!… Il se devait d’avoir plus. Combien de fois avons-nous entendu, ‘nous apprenons toute notre vie et nous mourons en apprenant.’ C’est un fait, mais s’il y a un Dieu, non seulement sera-t-il juste et raisonnable tout autant. Si Dieu est la perfection, comme bien des religions le clame, tout ce qu’Il fait, se doit d’être totalement et indiscutablement PARFAIT ! Donc capable et prêt à nous laisser expérimenter tout ce que nous désirons et la seule manière d’y parvenir c’est par le processus de la réincarnation.

 

Finalement, le jour de mon rendez-vous avec Madame Denise arriva. J’avais lu, médité, accumulé des savoir, j’étais prêt à la rencontrer et j’étais heureux d’avoir eu le temps d’accumuler ces savoirs, ce qui ferait toute une différence dans la nature de mes questions que je poserai à mon Esprit-guide. J’étais nerveux. Je tentais de demeurer objectif, sans jugement vis-à-vis le déroulement de cette rencontre. Je me suis forcé à suivre le courant.

Après un souper léger, Manuela et moi, nous nous sommes dirigés vers notre rendez-vous. La maison de Madame Denise se situait à Valleyfield, environ une demi-heure de route. Nous sommes demeurés presque silencieux tout le long du trajet. J’étais dans des pensées profondes. Manuela s’était prise un deuxième rendez-vous et elle était anxieuse d’arriver. J’étais trop nerveux pour partager son enthousiasme. Madame Denise nous accueillit à sa porte. Elle se souvenait de Manuela et elle se présenta à moi. Elles s’engagèrent dans une courte conversation et j’écoutais. Après quelques minutes, j’ai remarqué qu’elle ne me regardait jamais dans les yeux et me suis mis à penser qu’elle voyait peut-être des choses en moi de mes vies antérieures. Ma pensée galopait et je devins inconfortable.

J’étais heureux de laisser Manuela prendre le premier tour et d’attendre en bas. J’étais assis sur un divan en face du mari peu communicatif de cette femme que la télévision absorbait. Après la rencontre terminée, Manuela toute souriante comme toujours, descendit l’escalier.

« C’est ton tour, monte, elle t’attend. » Me dit-elle d’une voix taquine. À l’étage, un corridor menait au bureau de Madame Denise. Ayant atteint la porte, je l’ai vue assise derrière son pupitre. Elle me dit d’entrer, de fermer la porte et de m’asseoir dans la grande chaise en face à elle.  Elle me regarda et me dit:

“Assoyez-vous confortablement, posez vos questions clairement et ne croisez ni vos jambes ni vos bras. Autre chose, s’ils vous annoncent des mauvaises nouvelles, ne soyez pas bouleversé ou triste, demandez-leurs ce que vous devez faire pour faciliter la situation. Est-ce que ça va?”

“Tout est correct,” lui répondis-je nerveusement. Après s’être positionnée, elle entreprit un processus de respiration, inspirant et expirant à plusieurs reprises, de façon profonde et rythmique, comme une personne atteinte de bronchite. Après que l’exercice de respiration fut terminé, j’ai entendu une voix qui semblait venir de loin et qui était très différente de sa voix originale

 

Salutations Antonio.”

“Salutations à toi.  Puis-je savoir ton nom?”

Mon nom est Rubert, R-u-b-e-r-t.  Je suis ton Esprit-guide dans cette vie. Je t’accompagne depuis trois années terrestres. Avant moi, Kathy était ton Guide. Elle était celle qui t’était envoyée pour t’aider à trouver l’amour vrai et l’acceptation de soi. Elle a réussi son travail, mais elle me dit qu’elle aimerait rester dans les alentours un petit peu plus longtemps, seulement si tu es d’accord?”

“Oui, je le suis.” Répondis-je nerveusement.

Elle me fait un signe de reconnaissance.”

“Merci. Rubert, j’ai quelques autres questions que j’aimerai te demander.”

Certainement, vas-y, pose-les.”

 

J’étais vraiment nerveux de parler à un Esprit pour la première fois. Il m’était impossible de dire, si c’était le visage, la voix ou les yeux de Madame Denise durant sa transe qui me déplaisaient en ce moment. Le tout était plutôt étrange, mais je tentais de garder ma concentration et j’ai continué en posant mes autres questions.

 

“Rubert, ma première question est au sujet de mon emploi. Tout va bien, mais je dois avouer que je n’aime plus ce type de travail, il n’y a plus rien là pour moi. Peux-tu me dire quelque chose sur cette situation?”

Tu n’es plus heureux à cet endroit, puisque ce n’est plus ta place. Tu y as fait et accompli ce que tu devais y faire. Aimerais-tu que je t’aide à trouver un nouvel emploi, un qui t’amènera plus loin dans ton évolution?”

“En effet, j’aimerai.”

Bien!, demandons à Dieu, notre Père Céleste de laisser cette énergie coulée, afin de te trouver un autre lieu de travail qui répondra mieux à tes besoins. Autre chose, ce nouvel emploi te sera offert. Tu n’as rien à faire ou à aller où que se soit pour l’obtenir. N’oublie pas, tu ne peux accepter un salaire autre que ce que tu as présentement. Tu as une femme et deux enfants qui t’aiment chèrement.  N’oublie jamais qu’ils ont besoin de toi. Une fois qu’ils seront grands, en retour, ce sont eux qui t’aideront. Pendant que nous parlons d’eux, ce sont leurs dernières vies, ils ne reviendront plus.

“Leurs dernières vies?  Et moi, combien de vies ai-je vécues?”

Quatre cent quarante sept vies.”

“Quatre cent quarante sept vies, n’est-ce pas beaucoup?”

En effet oui, mais tu as fini par comprendre ta nature spirituelle. Tout va être plus facile pour toi maintenant.”

“Ai-je plusieurs autres vies à vivre encore sur cette terre?”

“Possiblement deux autres, dépendamment de ce voyage.”

“Que veux-tu dire?”

“Tu évolues, personnellement, socialement et collectivement. Tu peux accélérer ou décélérer le processus d’évolution. Tu peux accomplir plusieurs dénouements pour lesquelles tu es venu ici, mais tout au long du processus, tu peux en créer d’autres. C’est une question de choix. Je vais t’aider!”

“Merci! Pour en revenir à mon présent emploi, tu sembles me dire, que si je veux changer d’emploi, je n’ai qu’à demander et il me le sera accordé?”

Précisément, demande en comprenant bien ta demande et sois certain qu’elle soit équilibrée et n’interfère aucunement dans l’évolution des autres âmes. Autre chose, que ta demande soit claire dans ton esprit, puisque tu dois savoir exactement ce que tu veux pour que nous puissions t’accorder seulement ce que tu désires et rien d’autre.”

“Comment dois-je m’y prendre pour savoir si je n’interfère pas dans l’évolution d’une autre âme et comment être précis dans mes demandes?”

Antonio, il devrait en être bien simple pour toi. Perçois et laisse couler le tout à travers toi. Ne force rien, libère ta pensée de tout dépôt émotionnel. Souviens-toi que si ton verre est plein, tu ne pourras plus y faire entrer quoique ce soit. Si tu déposes ton pied où quelqu’un d’autre a le sien, tu sais que tu fais de l’interférence. A toutes les fois que tu fais ou dis quelque chose, sois prudent de ne pas interférer. Je ne te dis pas de cesser ton interaction avec les gens, ce que je veux dire, sois conscient quand assez, c’est assez. A chaque fois que tu demandes quelque chose pour toi ou ta famille, interroge-toi bien si cette demande est appropriée et si elle sert bien un but supérieur. Ne sois pas inquiet, la réponse te viendra. Souviens-toi, tu es branché à l’univers et tu fais partie du plan divin. Autre chose, n’oublie jamais que je suis toujours avec toi et tout ce que tu dois faire, est de demander”.

“Ma demande, dois-je la faire à haute voix ou simplement une pensée suffira?”

Bien, lorsque tu es entouré de gens ne va pas t’exprimer à haute voix, car ceux-ci penseront que tu es fou, la pensée suffira. Mais lorsque tu es seul, parle-moi à haute voix, exprime tes paroles. C’est très puissant, lorsque tu t’exprimes, tes paroles mettent tes pensées en mouvement. Quand tu parles, tu crées des vibrations, les vibrations créent des émotions et les émotions à leurs tours, créent ce que vous appelez la réalité.”

“Tu dis, si je comprend bien, que je dois porter attention à mes paroles, si je ne veux pas créer une réalité que je ne désire pas.”

Précisément! La plupart des gens ignorent cette énergie. Ils parlent constamment de choses qu’ils craignent. Parler, c’est la pensée en mouvement, donc en persistant, tout deviendra réalité. La question, est-ce la réalité qu’ils désirent vivre? Les humains doivent comprendre leur pouvoir de choisir et de créer.  Vous ne pouvez exister sans création, peu importe qui vous êtes et peu importe ce que vous faites, vous êtes en constante création.”

 

J’étais très impressionné et fasciné par cette expérience. La sagesse et l’affection que je ressentais, étaient incroyables. Je me sentais en sécurité et protégé. Je n’étais plus nerveux.

 

“Une autre question, au sujet de ma mère. Sa vie ne fut pas facile. Tout ce qu’elle a vécu dans les premières années de sa vie et maintenant sa vie avec mon père, n’est pas une tâche de tout repos. Il n’est pas un homme méchant, je suis certain qu’au plus profond de lui-même, il ne l’est pas. C’est plutôt sont problème de boisson qui détruit sa personnalité.”

Ta mère, était ta petite fille.”

“Ma mère était qui?” Je n’avais pas compris, la voix n’était pas toujours claire.

J’ai dit que ta mère était ta petite fille, ce qui faisait de toi, son grand-père. Vous avez vécu ensemble pour la dernière fois dans les années 1399 et vous étiez tous les deux, Irlandais. Tu aimais tellement cette enfant, que tu as décidé de venir au monde à travers elle, dans cette vie. Dans les années 1401, tu es devenu le frère et partenaire de ton père. C’est une alliance qui tourna au vinaigre.”

“L’Esprit guide de mon épouse, lui a dit que mon père me tua dans une autre vie. Est-ce exact?”

Oui!”

 

J’étais figé. Je regardais et regardais le visage de Madame Denise. J’essayais de comprendre et de percevoir le sens des paroles. Rubert enchaîna en disant:

 

Antonio, il devait en être ainsi. C’était une situation karmique, il devait le faire. Comprends-tu pourquoi?”

 

Grâce aux informations obtenues au long de mes lectures au sujet de la réincarnation et du karma, j’avais vraiment l’impression de savoir la réponse. Mais maintenant j’avais l’opportunité de tout clarifier.

 

“Je en suis pas certain Rubert, j’aimerai mieux que tu me l’expliques.”

Dans une autre vie, c’est toi qui l’avais tué. Tu vois tout doit être en équilibre avant que les pages de l’évolution soient tournées. Tout au long de tes vies, tu n’as que fait cela, équilibrer, aujourd’hui, c’est différent. Quoique vous êtes dans cette vie en tant que père et fils, votre problème de communication va persister”.

“Y aura-t-il de l’amélioration dans le futur au niveau de la communication?”

Non, mais tu apprendras à mieux l’accepter. N’oublie jamais que je suis ici pour toi. A toutes les fois que tu vois ou parles à ton père, demande-moi de t’aider. Je mettrai dans ta bouche les bonnes paroles.”

            “Merci Rubert. Il y a une chose que tu as mentionnée précédemment que je crois ne pas comprendre. Tu as dit que j’étais le grand-père de ma mère en 1399 et ensuite le frère de mon père en 1401. Ces dates, ne sont-elles pas trop rapprochées? Comment cela fonctionne-t-il?”

“En effet, elles sont rapprochées, mais ce ne sont pas les plus rapprochées dont j’ai été témoin. Premièrement, tu dois comprendre que le temps terrestre n’est pas comparable ou égal au temps cosmique ou spirituel. Deuxièmement, certaines Âmes deviennent émotionnellement attachées à leur groupe et aux vies qu’elles ont laissées derrière, ce qui les fait renaître précocement. Pas nécessairement le bon choix à faire à cause du manque de préparations. Quoi qu’il en soit vos choix sont toujours respectés. Le facteur temps est quelque chose que nous devrions traiter et mieux approfondir dans une prochaine rencontre.“

“Je comprend. Maintenant, revenons à ma question concernant ma mère. Elle se demande si ses relations avec mon père, vont s’améliorer? Tu vois, mon père boit énormément et cet état crée pour elle, des situations inconfortables.”

Non Antonio, il n’y aura pas d’amélioration. C’est un karma pour lui de boire et pour elle, de le traverser avec lui. Je sais qu’il est difficile pour l’esprit humain de comprendre et d’accepter de telles situations. Un jour, lorsque tu verras avec les yeux de l’Âme, tout s’éclairera pour toi. Elle peut décider de tout changer, mais la situation ne sera que temporaire. Le karma est une loi divine qui doit être équilibrée. Votre Âme ne le voudrait pas autrement. Ce processus terminé, ta mère n’aura plus à faire face à une situation telle. Autant que pour lui, l’expérience de l’alcool sera finie avec cette vie. Des expériences acquises!

“La façon dont tu parles, c’est comme s’ils avaient fait ce choix. Tu le dis, comme si l’expérience était parfaitement normale. J’ai toujours perçu ma mère comme une victime des agissements de mon père et le problème de boisson de mon père, comme une faiblesse. Peux-tu m’expliquer s’il vous plait?”

“Certainement. Personne n’est la victime de personne. Ta mère a créé son propre destin aussi bien que ton père a créé le sien. Ta mère est extrêmement jalouse et ton père est extrêmement impulsif. Leurs personnalités et leurs destinées se sont liées afin de faire évoluer leurs Âmes. Ils ne font que ça. Non! Il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi pour toujours, mais ne va pas les blâmer pour des choses que vous ne comprends pas. Sois très prudent, les coupables peuvent bien être innocents et les innocents être coupables.”

 

D’après les livres que j’avais lus et la façon dont Rubert me parlait maintenant, il me semblait que le Karma était une issue importante dans notre évolution. Je me devais d’étudier plus en profondeur les Karmas, sujet qui me semblait complexe. J’en suis presque venu à lui demander, ce que l’alcool avait à faire avec les Karmas, mais je me suis ravisé, me disant que je le découvrirais un peu plus tard. Pour l’instant je voulais m’accrocher seulement à mes autres questions, de peur qu’il quitte rapidement ce corps. J’avais entendu dire que ces Entités Spirituelles pouvaient partir sans avertissement. C’était ma première rencontre, je ne savais pas trop à quoi m’attendre.

 

“Rubert, ai-je bien compris lorsque tu as dit précédemment que j’ai choisi de venir au monde dans cette vie à travers ma mère?”

Oui, tu m’as bien compris!”

“Ce que tu veux me dire, c’est que nous choisissons nos parents?”

En effet, vous choisissez vos parents, votre date de naissance, votre pays, votre nom, votre physique, votre intelligence, votre sentier dans lequel votre destinée se jouera. Pour résumer,  vous choisissez tout ce qui entrera dans votre cercle d’évolution.”

“Je m’excuse, mais je suis confus. Si je les ai choisis, que leurs reste-il comme choix, en ce qui les concerne?”

Une entente mutuelle. Si tu as choisi ton épouse,c’est qu’elle t’a choisi, elle aussi. Lorsque vos enfants vous choisissent, c’est que vous aussi, vous les avez choisis. Toutes les personnes sur la terre, sont partie intégrante d’un cercle karmique dans le but d’évoluer. Tout cet enchaînement, vous aide mutuellement à atteindre chacun votre but.

“Comment ai-je pu choisir mon nom?”

Simplement, tu as murmuré ce nom à l’esprit de ceux qui devaient te prénommer.”

            “Comment est-ce possible, si j’étais qu’un bébé?”

            “Tu dois penser à la communication télépathique. Ce n’était pas toi en tant que bébé, qui a choisi ton nom, c’était ton esprit derrière le bébé, qui l’a fait.

“Le nom a-t-il tellement d’importance, pour qu’il soit en fait, choisi par nous-même?”

Oui, il est très important. Plus tard, tu apprendras qu’il y a un code qui se rattache aux noms.”

            “Un code!  Mais qu’en est-il?”

Plus tard, Antonio!”

 

Je n’avais aucune idée de quoi il pouvait bien parler, mais encore une fois, je n’étais pas venu à cette rencontre pour discuter de ce sujet.  Quoi qu’il en soit, le fait de choisir nos parents aussi bien que nos vies était à l’encontre de tout ce que j’avais entendu dans le passé. Quelle serait la surprise de ma mère, lorsque je lui dirai que je l’avais choisie pour être ma mère, dans cette présente vie.

 

“Rubert, mon beau-frère, Samuel voudrait savoir pourquoi il est toujours malade? Il y a toujours quelque chose qui ne va pas avec sa santé. Peux-tu me donner des explications à ce sujet?”

Il est toujours malade Antonio, parce qu’il n’a pas encore trouvé l’équilibre, le but de sa vie, si tu préfères. Il doit comprendre que son seul but dans la vie est de servir le dessein de son Âme. En centrant et mettant ses énergies sur les mauvaises choses, il n’est pas dans la bonne voie et c’est pourquoi son ‘AURA’ reflète la maladie physique. Il est encore prisonnier des émotions et de ce qu’il croit être approprié ou inapproprié. En classant les choses comme appropriées ou inappropriées, il fait ainsi des jugements. En apportant des jugements sur quelqu’un ou sur quelque chose, c’est comme ne pas accepter leur existence. S’il n’accepte pas leur  existence, il n’accepte pas une partie de lui-même. Comme vous avez besoin du ‘tout’ pour vivre en équilibre total, en n’acceptant pas le ‘tout’, vous vous retrouvez en manque d’énergie, donc la maladie s’insurge. Dis-lui, ces informations, il va comprendre leur signification. Aussi dis-lui, de ne pas penser à la mort, car c’est pire.”

“Merci, je vais lui transmettre toutes ces informations. Une autre question Rubert, ma soeur, elle m’apparaît vivre dans la tristesse. Sa vie n’est pas exactement ce qu’elle voudrait qu’elle soit. Est-ce que je peux l’aider?”

Non. Non, Antonio, tu ne peux rien faire pour les autres. Tu peux leurs suggérer des choses mais tu ne peux rien faire à leur place. Si ta soeur n’est pas confortable dans sa vie, c’est seulement elle qui doit demander des changements. Pour les recevoir, elle doit savoir exactement ce qu’elle veut changer. Présentement elle ne sait pas vraiment ce qu’elle veut.”

“Y aura-t-il des changements?”

      “Cela sera très difficile pour elle.”

“C’est ma seule soeur, peux-tu, s’il vous plait me parler d’elle?”

            “Elle est une personne que nous pourrions qualifier de prisonnière, non seulement de la vie de tous les jours, mais aussi très profondément, au niveau émotionnel. Quelques changements se produiront pour elle, dans le milieu de l’année 2002. Elle doit se préparer, car elle peut manquer ce qui vient vers elle. Ensuite, un changement majeur ou devrais-je dire, le début de ce qu’elle attend depuis toujours, émergera dans les années 2007. Dis-lui Antonio, de bien se préparer.”

“Si elle me demande comment se préparer que devrais-je lui répondre?”

      “Simplement d’être positive et de faire confiance à l’esprit qui travaille en elle. Dis-lui aussi, que le monde qu’elle désire sauver, ne veut pas être sauvé. Mais le plus important, dis-lui que nous l’aimons et que nous attendons son signal. Sur terre, si elle veut communiquer avec quelqu’un par téléphone, elle doit signaler une série de chiffres, si non la communication ne peut se faire. Pour entrer en contact avec nous c’est simple, cela requiert seulement de la détermination. Nous sommes ici pour l’aider, mais nous ne pouvons agir sans sa demande. Souviens-toi bien, il nous est interdit de faire de l’interférence.”

“Rubert, tu m’as dit plus tôt, que je ne peux aider personne. Comment peut-il en être ainsi?”

            “Tu peux aider quelqu’un, mais ton aide restera toujours  non permanente.”

“Non permanente, mais que veux-tu dire?”

      “Non permanente. Les choses deviendront permanentes, seulement lorsque la personne le fera elle-même. Laisse-moi t’expliquer clairement. Si une personne a faim et que tu lui donnes un poisson, tu la nourris cette journée-là, n’est-ce pas? Mais le lendemain, elle aura encore faim. Mais si tu lui apprends à pêcher, ses repas deviendront automatiquement permanents.”

“Mais encore, je peux lui montrer à pêcher!

            “Oui! Mais là encore, la personne doit vouloir apprendre et vouloir pêcher pour se nourrir. Comme j’ai dit plus tôt, tu peux montrer le chemin mais tu ne pourras jamais  faire le voyage pour eux.”

“Je crois que je comprend. Merci Rubert.”

      “Très bien.”

“Rubert, une dernière question. Pourrais-je un jour te voir ou devrais-je dire, pourrais-tu prendre forme physique pour venir me voir?”

            “Oui, c’est possible. Il nous est très difficile de descendre dans la dimension physique. Cela requiert beaucoup d’énergie de notre part, mais c’est très simple de quitter cette dimension. Pour répondre à ta question, oui je viendrai, premièrement, je vais venir te voir dans tes rêves. Ensuite quand le temps sera venu et lorsque tu auras le plus besoin de me voir, je prendrai forme physique.”

“Comment vais-je savoir que c’est toi dans mes rêves?”

Tu le sauras et tu ne m’oublieras jamais.”

“Quand tu viendras dans la dimension physique, comment saurais-je que c’est toi?”

      “Tu le sauras sept jours à l’avance. Le temps est venu pour moi de quitter ce corps.  Au revoir Antonio et que la Lumière soit avec toi.” 

“Au revoir, Rubert.”

 

Sur ces mots, il quitta le corps de la médium. Madame Denise débuta son processus de respiration, retrouvant ainsi ses sens. Après vérification de l’enregistrement, elle me présenta la cassette. Ce fut une expérience qui m’apaisa et me laissa pensif. Je me devais de méditer sur cette expérience. J’avais attendu toute ma vie pour ces réponses et ces explications. Ce n’était pas encore clair si j’avais reçu toutes les réponses, mais au moins j’étais en voie de les découvrir. Sur notre chemin de retour, nous avons écouté les deux cassettes. Pendant qu’elle jouait, je me suis plongé profondément dans mes pensées.

Au travail le lendemain, ne pouvant contenir mon excitation, je me devais de parler à tout le monde de mon expérience. J’ai même permis à certains d’écouter cet enregistrement.

Certains de mes compagnons de travail y ont cru, d’autres, non. Cet enregistrement a augmenté les connaissances de ceux qui en avaient déjà une bonne notion. Quoi qu’il en soit, ceux qui n’y croyaient pas, étaient à mes yeux tout simplement que des fous ignorants..

Toutes ces découvertes, lectures et études ne firent pas de moi un homme meilleur. Au contraire, je devins arrogant, croyant tout savoir et cette attitude et ces comportements éloignèrent les gens. Je ne me préoccupais pas qu’ils s’éloignent ou que je les éloigne de moi. J’étais trop arrogant et important, ne réalisant pas que mon attitude et ma personnalité me coûtaient très cher. Non seulement, je perdais des amis et le respect, je perdais aussi sur le plan physique sous forme d’accidents d’autos, y perdant presque dans l’une d’elle, la vie. Jamais il n’était venu à l’esprit de voir ces conséquences comme étant un signe ou une indication que j’étais dans la mauvaise voie. Je n’étais pas à l’écoute des messages que l’univers tentait désespérément de me faire comprendre. Au lieu, j’ai aggravé la situation en m’impliquant dans de grosses argumentations avec les gens que j’aimais le plus, incluant Samuel et Ginette. A toutes les fois que j’étais invité chez eux, je devais être le centre d’attention. Éventuellement, les invitations s’espacèrent et petit à petit, j’ai perdu mes amis.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *